Pauline Neuilly a rejoint le Mouves en mai en tant que coordinatrice Auvergne-Rhône-Alpes, et a pour mission de structurer l’action du Mouves sur le territoire. Elle est installée aux côtés de l’équipe du Centsept à HEVEA. Entretien.

Bonjour Pauline, peux-tu te présenter en quelques mots ?
Je m’appelle Pauline Neuilly, j’ai 25 ans. Après un master à l’IESEG de Lille marqué par deux ans d’investissement chez Enactus (Enactus IESEG en tant que cheffe de projet puis Enactus Europe pour une étude de compétences des étudiants), je suis entrée en stage en développement au Groupe Vitamine T à Lille pour 6 mois. Ma voie était trouvée : ce serait l’Economie Sociale et Solidaire et rien d’autre ! De retour à Lyon quelque temps plus tard, j’ai commencé un second stage à la Fédération des Acteurs de la Solidarité où j’ai confirmé mon intérêt pour le secteur, au niveau local. Je voulais participer au développement de l’ESS dans ma ville.

Pourquoi avoir rejoint le Mouvement des entrepreneurs sociaux [Mouves] ?
J’ai découvert le Mouves lors de mon stage au Groupe Vitamine T : mon bureau était en face de celui d’André Dupon, alors président de l’association ! Les adhérents et les actions du Mouves m’intéressaient et je participais à leurs évènements. J’ai continué dans cette démarche en revenant à Lyon, et c’est donc assez naturellement que j’ai postulé pour devenir coordinatrice régionale du Mouves, en mai 2017.

Quelles sont les missions du Mouves au niveau national et local ?
Le Mouves se donne 4 grandes missions : fédérer les entrepreneurs sociaux, accélérer l’innovation sociale, influencer les pouvoirs publics et faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs sociaux. Plus concrètement, au niveau local, cela se traduit surtout par trois types d’activités :
– Répondre aux besoins de mes adhérents en organisant pour eux des évènements de mise en réseau ou de développement de compétences. Ce sont par exemple des évènements informels type petits déjeuners, formations ou ateliers de transfert de compétences, ou même des évènements de plus grande ampleur comme l’Impact Investing Day qui a réuni plus de 100 personnes autour de 30 financeurs locaux !
– Plus largement, en répondant le plus rapidement et précisément aux questions qu’ils peuvent se poser, soit en les aiguillant vers une personne compétente, soit en faisant moi-même des recherches ou de la veille pour eux.
– Organiser des évènements de sensibilisation du grand public : par exemple, nous envisageons d’organiser des projections du film « Demain » [Grand Lyon Demain], suivies de présentations d’entrepreneurs qui, sur le territoire concerné, répondent concrètement aux problématiques énoncées dans le film.

Le MOUVES est membre du Centsept depuis sa création en 2015, quelles sont les synergies entre les 2 structures ?
Le Mouves et le Centsept sont complémentaires, ils accompagnent les entrepreneurs sociaux sur des périmètres différents : la formation et la mise en réseau en continu pour le premier, l’accompagnement au changement d’échelle pour le second.
Aujourd’hui, nous organisons ensemble des formations et des conférences, comme les Foliweb de l’Entrepreneuriat Social. Plus largement, nous agissons comme relais de communication mutuel et le Mouves oriente régulièrement ses adhérents vers des dispositifs mis en place par le Centsept. Je travaille depuis mon arrivée dans les locaux du Centsept : les synergies sont donc naturelles.

Quelles sont les prochaines actions du Mouves à Lyon ?
En plus des rencontres mensuelles proposées à nos adhérents, nous prévoyons en septembre prochain une soirée « Entrepreneur cherche associé » en partenariat avec Jollyclick.
Enfin, nous menons en parallèle plusieurs grands programmes qui vont avoir leur propre rythme : LeadHer, Grand Lyon Demain évoqué précédemment et une nouveauté en fin d’année afin de compléter notre aide à la levée de fonds. Vaste programme !