Vendredi 23 mars au matin, nous nous sommes rendus aux clés de l’Atelier, organisme de formation créé en 2010 par Pierre-Martin Aubelle. Les locaux sont situés à quelques minutes à pied de la gare d’Oullins (43 chemin du Pras, la Mulatière), et se composent de grands bâtiments accueillant à la fois les bureaux de l’équipe et les ateliers de formation. Les clés de l’Atelier, à travers Les clés de chez moi, est un des neuf projets accompagnés par Ashoka, Ronalpia et le Centsept dans le cadre du Programme Accélération 2018. Voici un petit compte-rendu de cette escapade.

Les objectifs de cette matinée de découverte ? S’immerger dans l’univers des clés de l’Atelier, rencontrer les formateurs et les stagiaires, discuter avec les entrepreneurs du Programme Accélération, de leurs projets et avancées. Nous intégrons tout d’abord le stage « Aménagement et rénovation ». Pendant cinq jours, un groupe constitué de cinq à huit particuliers apprend les bases techniques du bâtiment second œuvre. Concrètement, il s’agit d’être plus autonome chez soi au quotidien et lors de travaux. Le contenu du stage ? Un peu de théorie et beaucoup de pratique : placo (cloison, plafond, joints), plomberie (réseaux d’alimentation, d’évacuation), électricité (circuit électrique, appareillage), finitions (peinture, faïence)…

En ce vendredi c’est électricité : de la théorie avec le calcul de voltage et d’ampérage, une démonstration avec le branchemt d’un tableau électrique, de la pratique avec pour objectif que chacun soit en mesure de brancher une prise ou une ampoule à son tableau électrique à la fin de la matinée. Le groupe de cette semaine est composé de cinq personnes avec des profils et objectifs très différents : rénover sa maison, développer ses connaissances sur le bricolage en général, découvrir de nouveaux outils pour son association et ses bénéficiaires, limiter les frais d’aménagement.

Geoffroy, le formateur, est pédagogue et patient. Il n’y a de pression pour personne à l’issue de la formation : pas de tests ou de restitution, chacun suit ce stage pour soi-même et n’a donc de comptes à rendre à personne. Geoffroy est lui-même un ancien stagiaire des clés de l’Atelier et vient tout juste de créer sa société ; c’est maintenant à son tour de former les nouveaux stagiaires. C’est le meilleur ambassadeur possible !

Nous prenons ensuite une pause de 15 minutes en compagnie de Margaux, la responsable qualité. Sa mission, c’est de veiller à ce que les formations se passent au mieux, avec le bon matériel et dans des conditions de sécurité optimales, mais aussi à ce qu’elles correspondent aux besoins des stagiaires. C’est donc elle qui met actuellement en place des process pour pouvoir faciliter le changement d’échelle des clés de l’Atelier !

Après la pause et jusqu’à l’heure du déjeuner, nous suivons un autre formateur, Anthony. Ce dernier est en charge d’un groupe de stagiaires suivant une formation professionnelle : plaquiste, peintre en bâtiment ou AEB – agent d’entretien du bâtiment. Ces formations sont qualifiantes et permettent au stagiaire, au terme de quelques mois de formation et d’un examen surveillé par un jury externe, d’obtenir un titre professionnel. Et donc de s’insérer dans le monde du travail.

Les clés de l’Atelier forme, par choix et valeur, des publics souvent fragiles et éloignés de l’emploi. L’objectif de l’entreprise est de leur donner la possibilité de (re)prendre en main leur avenir. Ainsi, les formations sont individualisées et les stagiaires sont suivis tout au long de leur parcours, de la première rencontre à l’examen final, en se poursuivant après l’obtention du diplôme. Le stagiaire suit des cours théoriques et passe beaucoup de temps sur la pratique. Le formateur donne des directives puis aide ses différents stagiaires tour à tour et en fonction des besoins spécifiques de chacun. Anthony met un point d’honneur à se montrer pédagogue, motiver ses stagiaires et les impliquer dans leur formation !

Les formations ont lieu sur le plateau technique des clés de l’Atelier, qui peut accueillir une cinquantaine de stagiaires mais aussi dans la région Rhône-Alpes, au plus près des bénéficiaires pour Les clés de chez moi ou en sites pénitentiaires pour de la formation qualifiante.

  Nous déjeunons ensuite avec Pierre-Martin, Laure et Margaux, occasion de discuter de manière plus spécifique du Programme Accélération. L’équipe, pleine d’énergie et très enthousiaste, a déjà pris plusieurs rendez-vous avec les ambassadeurs d’entreprises pour réfléchir aux possibilités d’alliances innovantes.

Le projet Les clés de chez moi vise à sensibiliser et former à l’entretien de son logement : gestes simples du quotidien, écogestes, outils et produits nécessaires, compréhension du fonctionnement de certains appareils sont quelques-uns des thèmes abordés. L’objectif est d’aider des personnes fragiles, en manque d’autonomie dans leur logement, à se l’approprier et (re)prendre confiance en elles. Cette formation s’effectue aussi bien sur le plateau que dans un bus aménagé en appartement mobile. Le projet du bus s’inscrit dans la volonté d’apporter cette formation aux publics dont la mobilité est freinée pour des raisons techniques, physiques ou financières.

Merci encore à toute l’équipe pour son accueil chaleureux ! Voici pour finir une courte vidéo de présentation du projet Les clés de chez moi, réalisée par Timothée Lairet, d’Ashoka :